Jean-Pierre Dubé

Grand Maître Jedi
JP plein pied

Slogan ou citation : Le leadership, c’est l’art de faire faire quelque chose par quelqu’un, parce qu’il a envie de le faire.

Mon histoire débute à l’adolescence, plus précisément à Rimouski dans le Bas St-Laurent. C’est à cette époque que j’ai découvert mes passions pour les arts martiaux, les affaires et les technologies.

Ma passion des technologies m’a incité à faire des études collégiales et universitaires en technologie des ordinateurs. J’ai choisi l’ÉTS à Montréal simplement pour pouvoir m’entraîner avec mon maître de Jiu Jitsu japonais afin de passer ma première ceinture noire! Ces premières années à Montréal ont été tout un choc pour moi : la grande ville, l’anglais et le multiculturalisme…

Après six années d’études en technologie des ordinateurs, j’ai découvert que je ne voulais pas passer le reste de ma vie à parler à un écran d’ordinateur. Ça été mon premier pivot mais pas le dernier !

Je suis donc retournée sur les bancs de l’ÉTS pour un second baccalauréat en génie où j’ai découvert les méthodes japonaises de production. Ça été le coup de foudre pour le management et le secteur manufacturier ! J’ai ensuite eu l’opportunité de débuter ma carrière de consultant dans le premier CCTT (Centre collégial de transfert technologique) situé à La Pocatière où j’ai réalisé plusieurs projets d’amélioration avec une dizaine d’entreprises.

Cette période stimulante de ma carrière pris fin lorsque j’accepta un emploi dans cabinet de génie conseil, et ce, afin de me rapprocher de ma conjointe ingénieure qui vivait à Lévis. Je découvris que les actionnaires avaient une éthique douteuse et j’ai démissionné après seulement 3 mois suite à une virile discussion avec le président.

Toutefois, le moment était mal choisi : une maison hypothéquée à 95%, des prêts étudiants importants, deux voitures impayées, deux jeunes filles, et deux ingénieur(e)s sans emploi alors que le chômage était presque trois fois plus élevé qu’aujourd’hui !

Je n’avais pas le choix, je devais me lancer en affaires et suivre les traces de mes 2 grand-pères qui étaient aussi entrepreneurs. C’est ainsi que j’ai créé avec 2 associés mon premier cabinet conseil spécialisé en qualité et productivité dans mon sous-sol. Ma première action a été d’acheter le répertoire du CRIQ qui énumérait toutes les entreprises manufacturières du Québec. J’ai pris mon téléphone et mon courage à deux mains pour solliciter pendant deux ans tous les entrepreneurs qui y figuraient. Je déteste la vente mais je n’avais pas le choix, ni le luxe d’échouer, le bien-être de ma famille en dépendait. Mon cabinet pris rapidement de l’expansion avec l’embauche d’une dizaine d’ingénieur(e)s et consultant(e)s en management. J’ai ainsi découvert que les femmes sont souvent de meilleures consultantes !

Trois ans plus tard, suite à la recommandation d’un consultant, nous avons fusionner avec une grande société d’ingénieurs conseils afin de profiter de leur présence sur les marchés internationaux. Malheureusement, le génie civil connaissait alors de très mauvaises années et la rentabilité de notre division servait à éponger les pertes des autres divisions. Comme entrepreneur, je n’ai jamais accepté d’avoir une entreprise peu rentable. J’ai alors décidé de vendre mes actions et de prendre une année sabbatique de la consultation pour démarrer 2 entreprises ! J’ai fermé la première après un an et j’ai vendue la deuxième après deux ans.

Après cette année sabbatique, je suis retourné à la consultation pendant une décennie à titre de directeur de projet, d’associé, de consultant interne et de vice-président pour une PME et deux multinationales. J’ai piloté d’innombrables projets d’amélioration dans des centaines de PME, grandes entreprises et multinationales et ce, dans plusieurs pays sur 3 continents.

Mon parcours pris une tournure inattendue en 2010 lorsque je vécut le choc de perdre mon emploi de vice-président. Après plusieurs semaines de réflexion, j’ai décidé de poursuivre avec mes passions pour la consultation, les affaires et les entrepreneurs en relançant un nouveau cabinet conseil en management qui sera modelé selon mes valeurs d’intégrité, d’innovation et de respect. Appuyé par ma fille aînée, je suis fier de voir que COBOOM est devenu en moins de 10 ans un leader au Québec en conseil management pour les PME.

À 57 ans, je n’envisage pas de prendre ma retraite car j’ai déjà cessé de travailler en créant COBOOM. Je vis mes passions à chaque jour avec l’équipe de COBOOM et avec des entrepreneurs passionnées et leurs équipes afin de co-créer les PME de demain !

error: Contenu protégé !!