Il y a environ un an, nous avons pris un virage qui est encore qualifié d’atypique au sein du grand monde de l’entreprise. C’est suite à la découverte de l’holacratie que nous avons décidé d’entamer une démarche visant à faire disparaître les couches hiérarchiques au sein de JPD Conseil.

Afin de faciliter notre passage à une structure horizontale, nous avons décidé de nous appuyer sur les principes de l’entreprise libérée. Récemment, nous avons décidé d’attribuer le même titre à l’ensemble des employés et Catherine a laissé tomber son titre de Directrice générale. Donc, maintenant, nous sommes tous des conseillers, et les rôles que nous jouons sont en lien avec nos talents et nos aspirations professionnelles.

Toutefois, nous préférons utiliser le terme entreprise responsabilisée. Pourquoi? Cette nouvelle structure exige la mise en place et la clarification de plusieurs processus et règles de gestion, ce qui nous éloigne d’une structure totalement libre. Quelles sont les responsabilités qui sont associées à chacun des rôles? Quel est le processus qui permettra de gérer les conflits et les tensions? Rien ne peut être laissé au hasard.

Qu’est-ce que l’entreprise libérée ou responsabilisée?

Dans une entreprise responsabilisée, tous les membres se gèrent eux-mêmes et travaillent en collaboration avec les autres en ayant comme but premier de faire vivre la mission de l’entreprise.

Le pouvoir est décentralisé. L’entreprise est constituée de plusieurs carrés de sable dont les limites sont clairement définies. Quand une personne prend la responsabilité de l’un de ces carrés de sable, elle doit faire vivre la raison d’être de celui-ci, mais elle a la liberté de choisir comment y arriver et d’innover au quotidien.

Dans ce contexte, le rôle de l’entrepreneur évolue considérablement. Il cesse de passer ses journées à éteindre des feux ou encore à approuver des éléments plus ou moins stratégiques. L’entrepreneur se concentre davantage sur la croissance, la pérennité et la mission de son entreprise.

Notre expérience jusqu’à présent

Il y a environ un an, nous avons commencé à intégrer la philosophie de l’entreprise libérée au sein de notre équipe. Il faut préciser que JPD Conseil a toujours été une sorte d’incubateur pour les meilleures pratiques d’affaires. Avant de proposer un nouveau concept managérial à nos clients, nous préférons le tester à l’interne. Ça fait partie de notre quotidien d’essayer de nouveaux concepts.

Lorsque Catherine est revenue du G500 en mai 2016, elle a immédiatement eu envie de tenter l’expérience et de prendre le chemin vers l’entreprise libérée.

L’enthousiasme de l’équipe était au rendez-vous. Nous avons donc saisi cette occasion pour réfléchir ensemble à l’intégration de ces nouveaux concepts.

Depuis ce temps, tous les membres de l’équipe participent aux réflexions stratégiques de l’entreprise. Effectivement, nous avons tous été appelés à participer à des activités normalement réservés aux têtes dirigeantes d’une entreprise.

Bien sûr, nous avons de plus grandes responsabilités, mais celles-ci nous permettent de relever de nouveaux défis et de nous dépasser à tous les jours. Nous ne contribuons plus simplement aux opérations quotidiennes, mais également au futur de JPD Conseil.

Cette plus grande responsabilisation à permis, entre autre, à Jean-Pierre de délaisser les tâches administratives pour favoriser un coaching plus soutenu auprès des conseillers. Avant ces changements organisationnels, Jean-Pierre travaillait plus de 80 heures par semaine. Mardi dernier, nous avons surpris Jean-Pierre, verre de vin à la main à 15h30, en train de relaxer. De son côté, notre ex-DG, Catherine peut maintenant se concentrer sur le développement des affaires et bat des records depuis ce temps.

Prochaine étape?

Le concept d’heures. Dernièrement, Catherine se demandait si le fait d’exiger de faire 40 heures par semaine était cohérent avec l’entreprise responsabilisée.

Si une personne est très productive et qu’elle travaille deux fois plus vite que les autres, est-il logique d’exiger qu’elle accorde le même nombre d’heures que les autres dans une semaine?

Dans une entreprise responsabilisée, nous ne sommes pas censés nous comparer aux autres, puisque nous apprécions les talents de chacun. Toutefois, le fait d’exiger des horaires fixes laisse place aux effets pervers de la comparaison. Nous sommes des humains après tout!

Donc, que faire avec le concept d’heures? La problématique a été présentée à Jean-Pierre, notre grand maître jedi de l’innovation. En une fin de semaine, Jean-Pierre a exploré toute la littérature et les expérimentations mondiales liées à ce sujet (France, Belgique, Angleterre, Suède, États-Unis, etc.). Il a conçu ce que nous appelons les 31 heures à valeur ajoutée, un projet pilote aux couleurs de JPD Conseil.

Nous avons amorcé ce projet pilote le 30 octobre 2017 et nous allons en faire le bilan lors de notre retraite stratégique annuelle à Stoneham qui se déroulera du 18 au 21 décembre 2017.

31 heures à valeur ajoutée, ça consiste en quoi?

  • 4 heures le lundi matin où nous faisons vivre notre culture et nos valeurs
    • 8h00 à 9h00 : Yoga obligatoire pour tous. Un esprit sain dans un corps sain!
    • 9h00 à 9h20 : Célébration des bons coups de la semaine précédente.
    • 9h20 à 12h00 : Temps libre pour les réunions. C’est maintenant ou jamais!
  • 9 blocs de 3 heures chacun où nous devons créer de la valeur ajoutée en lien avec notre mission, soit ‘’Façonner les PME de demain’’. 9 blocs, donc 9 livrables.
    • La règle est simple : ne dit pas ce que tu fais, mais dis plutôt ce que tu livres à JPD Conseil.
    • Ça te prends moins de 3 heures pour compléter ton livrable? Tant mieux!
    • Tu as besoin de plus de trois heures finalement? Sois créatif!
  • Les non-valeurs ajoutées? Et bien, tu les gères comme tu veux (où, quand, comment). L’important, c’est de respecter tes engagements.

Nous croyons que nous éliminerons ainsi le présentéisme, tout en augmentant notre liberté d’action. Est-ce que ce sera concluant? Qui sait! Nous pourrons vous en parler davantage à la fin du projet pilote.

Une chose est certaine: lorsque nous prenons le chemin vers l’entreprise responsabilisée, il faut faire des tests en gardant l’esprit ouvert.

Il n’existe pas de recette miracle. Chaque entreprise doit trouver sa formule, qui colle à sa mission et à ses valeurs.

Chez JPD Conseil, notre formule évolue à vitesse grand V. Qui sait où nous en serons l’an prochain? Certes, nous aurons grandi et évolué.

Cet article a été rédigé par Pénélope Paradis-Gravel et Catherine Dubé

error: Contenu protégé !!